Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 431. De C. Deprez à Pierre-Fidèle Bretonneau 1851, 30 avril. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 523-527.

Demande d’une recommandation pour faire fléchir Trousseau à un examen.

Paris, 30 avril 1851.

Monsieur,

Cette lettre que vous adresse, à une distance de soixante lieues, un homme qui vous est complètement inconnu pour solliciter de votre bienveillance un mot, un seul mot de recommandation, doit exciter votre surprise, et je sens qu’elle a besoin d’être accompagnée de quelques brefs commentaires1.

Je suis étudiant en médecine. Votre nom, cher à la science et à l’humanité, retentit si souvent dans nos amphithéâtres ; vos travaux pathologiques, aussi riches en faits que féconds en résultats pratiques ; vos savantes recherches et vos heureuses expérimentations y sont si fréquemment citées avec éloge par toutes nos célébrités médicales, que, malgré votre éloignement, vous êtes en réalité un de nos bons professeurs, au point que j’ai pu dire avec un à-propos qui fut applaudi de mes condisciples :...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search