Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 428. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1851, 7février. – S.L.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 519-520.

Trachéotomies réalisées par Trousseau. – Santé de M. Lockhart.

7 février 1851.

Cher maître,

Le 1er février 1851 comptera dans mes fastes trachéotomisantes. À quatre heures du matin, j’étais mandé rue Saint-Antoine, chez un marchand de nouveautés, et j’ouvrais la gorge d’une belle petite fille de quatre ans et demi, topiquement et habilement, mais inutilement traitée par son médecin ordinaire. Avant-hier j’ai enlevé la canule ; hier j’ai complètement fermé la plaie. Elle est tout à fait guérie. À midi, un confrère m’appelait pour opérer un garçon de quatre ans, chez un pauvre journalier, rue de la Limace, no 3. Je prenais rendez-vous pour deux heures un quart ; à midi et demi un autre confrère me mandait pour opérer un troisième enfant, garçon de cinq ans, appartenant à un mercier de la rue de la Monnaie.

Numero deus impare gaudet1.

J’étais exactement chez mon pauvre petit limaçon ; il mouru...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search