Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 425. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1851, 15 janvier. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B9-3.

Évolutions de l’état de santé de M. Lockhart. – Traitement de l’asthme.

15 janvier 1851.

Cher maître,

J’ai été cruellement retenu l’autre jour, et je n’ai pu aller vous embrasser chez Duméril. Le pauvre M. Lockhart en a été un peu cause. À peine l’avez-vous quitté le soir, qu’il a été pris des plus formidables accidents. La journée du lendemain s’est passée dans une angoisse horrible. La nuit suivante, je l’ai à peu près passée entière auprès de lui. Le visage était livide, le corps couvert d’une sueur glacée, le pouls presque insensible. Il m’a semblé que la vie allait s’éteindre, et j’en ai parlé dans ce sens à la famille qui d’ailleurs le comprenait mieux que moi.

À 5 heures du matin, c’était de l’agonie, je me suis décidé à ouvrir la veine ; j’ai retiré une livre de sang. Le sang était diffluent ; la vie a semblé se ranimer. Une heure plus tard, l’oppression avait cessé : il y avait un peu de sommeil. Dans la journée, j’ai fait mettre sur la poitrin...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search