Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 423. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1850, 17 décembre. – Bouray-sur-Juine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B9-1.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 502-505.

Discussion sur les divers sièges de la diphtérie. – Réflexion sur la cautérisation trachéale et les nouveaux moyens de traiter la diphtérie (double canule, cravate). – Statistiques des trachéotomies de Trousseau pour 1850. – État de santé de M. Lockhart.

17 décembre 1850.

Et c’est vous, cher maître, qui me forcez à vous dire que le tronc de la diphthérite n’est pas le larynx. Le larynx est la mauvaise place, la pire ; mais le mal ne se plaît pas dans le terrain des voies aériennes. Il aime les gencives, la peau, il y dure, il y pullule, il s’y propage. Comme vous, je suis enragé de la ténacité de la diphthérie gingivale ; mais dans le larynx, dans la trachée ? Fi donc, on en crève vite et bien ; mais si l’on dure quelque peu, on guérit.

Oui, cent fois oui, mille fois oui, avec la cravate et des soins, beaucoup de petits soins, les diphthérites guérissent ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search