Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 418. De Pierre-Fidèle Bretonneau à un inconnu 1850, 24 août. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 493-498.

Réflexion sur l’angor pectoris (angine de poitrine). – Théorie d’Heberden sur la maladie, ses causes et son évolution, suivie par Bretonneau. – Traitement par le bicarbonate de soude.

Tours, 24 août 1850.

Monsieur,

Je voudrais bien ne pas vous affliger, et ne pas vous jeter au cœur de navrantes inquiétudes, ce qui est pis encore, mais je craindrais de manquer à un devoir en ne vous disant pas toute ma pensée dans l’intérêt de l’avenir ; car je dois me hâter d’ajouter que j’ai des motifs d’espérer la guérison de monsieur votre père.

Maintenant, la vérité toute entière, du moins la vérité médicale. J’ai appris en vieillissant combien cette vérité est limitée. Il y a plus de soixante ans qu’un médecin anglais, le docteur Heberden1, a décrit, sous la dénomination d’angor pectoris, une maladie qui doit avoir toujours existé, mais qui jusqu’à lui était restée confondue avec quelques autres affec...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search