Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 404. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1849, 27 novembre. – Passy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Boiteau (Paul), Correspondance de Béranger, Paris : Perrotin, 1860, t. 4, p. 65-66.

Nouvelles et demande de nouvelles.

Passy, 27 novembre 1849.

Un de mes amis, qui a passé à Tours dernièrement, aurait bien voulu vous y rencontrer : c’est Alexandre Martin1, ancien envoyé en Hanovre, qui voulait obtenir de ces fameux pruniers nains dont vous êtes, dit-on, l’inventeur. C’est sage à vous d’inventer des choses à la taille de l’époque. Martin, qui est du temps passé, eût été bien heureux de faire votre connaissance. Il habite les bords de la mer près d’Avranches, et a pris goût au jardinage. Vos pruniers l’eussent ravi.

Nous nous portons bien ici, tout en vieillissant d’une manière assez sensible. Je deviens frileux et j’en ressens l’inconvénient aujourd’hui même. Ce matin nous marquions près de cinq degrés Réaumur2. Vos arbres sont-ils bien empaillés ? J’espère qu’autour de vous tout le monde se porte bien. Judith et moi nous vous chargeons de nos bonnes amitiés pour madame Leclerc et pou...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search