Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 400. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1849, 9 juin. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B8-20.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 480-481.

b. Luthier (Jean), Trousseau et Velpeau, d’après leur correspondance avec Bretonneau, Tours : Faculté de médecine et de pharmacie, 1968, p. 67-68.

Expériences de Claude Bernard sur le curare.

Mon cher maître,

Pendant que le choléra ne nous a pas encore tués, dum vita fruimur1, profitons des moments de causerie. Voilà Bernard qui vient de faire des expériences qui ne sont encorea connues que des amis et qui, en vérité, sont plus curieuses que tout ce qu’il a fait2. Vous savez, le curareb, cet abominable poison, quintessence des serpents à sonnettes et des trigonocéphales du Nouveau Monde, Bernard en a gros comme un œuf, c’est plus qu’il n’en faudrait pour tuer les 3 000 000 de socialistes que la France possède. Il en délaie gros comme la moitié d’une tête d’épingle, pique un gros chien avec une aiguille et voilà la bête morte, après quelques minutes. Or, ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search