Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 393. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau [1848, Novembre]. – [Tours]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 283-286.

Nécessité de faire très attention à la guérison du chancre diphtérique primitif. – Réflexion sur les traitements de la diphtérie.

[Novembre 18481.]

Mon ami, j’admets avec un sincère assentiment plusieurs points de votre justification. Nous traiterons cette question ou plutôt cet entrelacsa de questions lundi et mardi 27 et 28 novembre.

Deux mots seulement sur la diphthérie ; je puis m’exagérer la portée de sa spécialité, et je ne demande pas mieux que d’en faire, si possible et juste, meilleur marché.

Je vous ai dit et montré ses rapports avec la syphilis ; ce sont incontestablement deux maladies congénères, et Alaymo2 l’avait bien senti en lui conservant le nom de mal syriaque, analogue à la dénomination de mal français par la latitude de sa signification, qui comprenait, dit-il, toutes les formes de ses localisations.

Eh bien, je crois, dans le traitement des deux maladies, à la nécessité...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search