Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 392. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau [1848], 14 [novembre]. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B8-16.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 471-474.

Doutes de Trousseau quant à la cautérisation, en désaccord avec Bretonneau.

14. Mardi.

Cher Maître,

Louis1 a les plantes depuis lundi. Je les verrai dimanche, en allant à Bonnevau. Merci mille fois, en attendant que je sache sur quoi portent mes remerciements.

J’en arrive à mon croup. Maître ! Leur gorge, leur luette étaient garnies de fausses membranes. Maître ! La dernière petite fille qui se porte si bien aujourd’hui, a eu sa plaie et un bête de vésicatoire appliqué au col, et le haut du sternum, recouverts de fausses membranes tenaces, se renouvelant pendant 4 jours, nonobstant le calomel, nonobstant les plus énergiques cautérisations.

Depuis 4 ans, voici 13 opérations sans autre chose que la cravate et j’ai 5 enfants vivants. Les gredins m’ont appelé pour ouvrir le cou des scarlatineux, des morbilleux, un plus fort que les autres voulait faire la trac...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search