Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 388. De François-René Vallet de Villeneuve à Pierre-Fidèle Bretonneau 1848, 19 juillet. – Chenonceaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 469-470.

Regrets de Villeneuve envers les évènements sanglants des journées de juin 1848.

Chenonceaux, 19 juillet 1848.

[…]1 Dans quel siècle vivons-nous ? Sommes-nous en France ou au milieu des peaux-rouges, des cannibales ou des Français nos frères ? Quel funeste aveuglement, et comment sortir de cette lutte que des doctrines subversives alimentent et encouragent sans cesse ? Quel courage et quel noble sang répandu de part et d’autre ! Car c’étaient héros contre héros, et plus, le génie du mal contre le génie du bien.

Mon neveu Léonce2, qui a combattu à l’attaque du Panthéon, me mande que pendant une heure il a marché dans le sang, les semelles de ses bottes couvertes ; que l’empoisonnement n’est que trop vrai, quoiqu’on dise le contraire. Il y a un peu de répit, ce qui montre qu’il faut un sabre à la tête du gouvernement.

Je vous embrasse de tout mon cœur, et voudrais bien causer un moment avec ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search