Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 385. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1848, 6 juin. – Passy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 467.

b. Boiteau (Paul), Correspondance de Béranger, Paris : Perrotin, 1860, t. 3, p. 457-458.

Mensonges de la presse sur la relation entre Judith et Béranger.

Passy, 6 juin 1848.

Cher docteur,

Judith fait ses paquets pour aller aux eaux. Je suis bien aise qu’elle n’y aille pas seule et que notre amie l’accompagne, puisqu’elle-même a besoin de ces eaux-là. On tâchera de lui en rendre le voyage agréable. Dites-le-lui bien et tôt.

Vous devriez, cher ami, si vous en avez le temps, lui confier deux petits pots de pommade pour votre serviteur, mon second pot est à moitié consommé. La cure se soutienta.

Avez-vous lu dans les journaux mon mariage avec ma servante Judith ? Concevez-vous qu’on écrive de pareilles sottises ? Il m’en a coûté une lettre qui va paraître, pour tirer la pauvre Judith de la position fausse que les feuilletonistes malveillants lui faisaient par cette fable. Je n’aime pas à entretenir ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search