Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 384. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1848, 21 mai. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B8-13.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 465-466.

Maladie de Georges Trousseau. – État de santé préoccupant de Guersant.

Cher Maître,

Mon Georgeot s’est levé hier deuxa fois deux heures. Il a mangé avec appétit, le pouls est descendu à 58 et 60. Il est transparent de maigreur. Nous sommes aujourd’hui au 22e jour, et je ne comprendrais plus d’autre danger que celui des indigestions. Je suis bien heureux d’avoir tiré ce bon numéro à cette terrible loterie.

Vous avez vu que le numéro aurait pu être mauvais à la loterie représentative. Quel gâchis. Je crois que Béranger s’en est retiré par dégoût. Décidément, je ne descendrai plus à la cuisine quand je voudrais dîner avec appétit.

J’ai appris hier une nouvelle qui vous affligera. Le pauvre Guersant a été pris d’une pneumonie avec accidents nerveux graves. Il était mourant hier soir ; je crains qu’il n’ait succombé cette nuit1. J’ignore de quelle façon cette ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search