Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 382. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau 1848, 15 mai. – S.L.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 462-465.

Inquiétude de Bretonneau quant à la nouvelle carrière politique de Trousseau. – Craintes que Trousseau n’en néglige sa carrière médicale et sa famille. – Maladie de Georges Trousseau.

15 mai 1848.

Oui, mon ami, j’ai eu ma part d’ivresse.

Depuis deux mois, j’ai si souvent senti mon vieux sang bouillonner, que j’ai conçu toute l’effervescence du vôtre. Puis, la réflexion est intervenue, et elle ne vous donne pas gain de cause.

On ne peut bien étreindre quand on embrasse trop. La médecine et la législation sont d’immenses sujets de réflexion ; à l’une et à l’autre il faut des études et du métier.

Votre début me fait peur, et cette peur se compose de bien des appréhensions1. Comme vous vous êtes laissé entraîner ! Quelle lutte ! Quels adversaires ! Compromettre à ce point l’avenir de Georges et de Jeanne ! Engager cette partie avec cette ardeur, la continuer avec cette insistance contre des tri...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search