Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 381. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1848, 28 avril. – Passy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 459-461.

b. Boiteau (Paul), Correspondance de Béranger, Paris : Perrotin, 1860, t. 3, p. 448-449.

Félicitations de Béranger pour l’initiative de Bretonneau de laisser un testament scientifique. – Santé préoccupante de Chateaubriand. – Sympathie de Béranger pour Marchais, le nouveau délégué d’Indre-et-Loire.

Passy, 28 avril 1848.

Je vous félicite de la pensée que vous avez de laisser un testament scientifique à votre élève, qui, j’en suis sûr, sera digne d’un tel legs ; tâchez de le faire bien complet, bien détaillé : vous avez tant de secrets à transmettre ! Qu’il est fâcheux qu’un jeune homme intelligent ne vous ait pas suivi à la piste, depuis une vingtaine d’années, pour recueillir vos profondes et fines observations, pour s’emparer de vos procédés, pour apprendre à varier les moyens et citer de vous tant de paroles qui suffiraient pour faire un médecin capable de celui qui les comprendrait bie...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search