Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 380. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1848, 5 avril. – Passy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 458-459.

b. Boiteau (Paul), Correspondance de Béranger, Paris : Perrotin, 1860, t. 3, p. 439-440.

Crainte de Béranger de se faire élire député contre sa volonté. – Santé de Béranger.

Passya, 5 avril 1848.

Le mal dont vous ne me guérirez pas, cher docteur, c’est la députation, si elle me tombe sur la tête, comme on ne cesse de m’en menacer, malgré mes supplications aux électeurs parisiens. Tout le monde s’en mêle ; on me disait aujourd’hui que le révérend père Lacordaire1 avait prêché pour qu’on me nommât. Oh ! mon cher ami, lorsque, jeune, inexpérimentéb, on court après la réputation, on ne se doute guère à quel gouffre ce feu follet peut conduire. Un petit coin paisible, où je pourrais vivre inconnu, me semblerait un paradis ; aujourd’hui je n’ai plus un moment à moi : à peine ai-je le temps de lire mon journal. Les lettres à écrire, les apostilles à donner, les visites à recevoir, les heures de ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search