Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 376. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1847, 25 novembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B8-10.

Doutes sur la prochaine arrivée de Bretonneau à Paris. – Commande de vignes pour Bonnevau.

Cher Maître,

Kouff ne sait pas un mot de votre voyage à Paris. Je sais à merveille que vous aviez fixé un jour, ce jour était demain vendredi, et afin de savoir si décidément c’était chose arrêtée dans l’esprit de madame de Rothschild, je lui ai écrit, sous prétexte que j’avais besoin de vous pour un de mes malades. Voici ce qu’elle m’a fait répondre hier par M. Thibault1.

Vous comprenez que le samedi m’eût merveilleusement arrangé, d’autant mieux que je vous emmenais à Bonnevau, pour vous ramener le dimanche soir, ou plutôt pour vous conduire à Étampes le dimanche soir, de manière à prendre, vous, le train de Tours, moi, le train de Paris. J’attends patiemment ou plutôt impatiemment.

Parlons vignes. Sans doute 1 000 plants de Liverdun suffisent. 2 000 à plus forte raisona. J’en demandais davantage pour exciter la générosité du nobleb marchand, faites donc ce que...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search