Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 372. D’Alfred Velpeau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1847, 4 septembre. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B4-5.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 451-452.

Regret de ne pas avoir vu Bretonneau lors de son dernier voyage à Paris. – Récit d’une consultation de Bretonneau.

Que le diable emporte Trousseau ! Sans lui, je vous tenais enfin. À onze heures, je rentrais à la maison, et vous veniez de m’être enlevé, à l’instant même ! « Cours après, m’a-t-on dit, et tu le trouveras quelque parta ; mais si tu mets la main dessus on te donnera une image ! » Sempre bene1.

J’aurais été si heureux de vous voir ; il y a si longtemps que je n’ai pu vous embrasser. Et puis, j’avais sérieusement à vous parler, d’abord de ce pauvre M. de Castellane, dont la cuisse, dont le fémur m’inquiète vivement. Ensuite, du général Rabusson2, avec sa gangrèneb pulmonaire et sa hernie ; en 3e lieu, de Mme Brissotc, de Mme Boucher, etc., etc.

Je vous aurais demandé aussi quel est cet estimable Tourangeaud qui, sans s’en douter, m’a mis au cou...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search