Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 368. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau [1847], 28 mai-9 juin. – S.L.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B5-18.

Volonté de Bretonneau que Frédéric Leclerc reçoive une indemnité annuelle. – Voyage imminent de Bretonneau à Paris.

Est-il vrai que vous m’arriviez dimanche ? Ce qui n’est que trop vrai, c’est qu’ils nous tuent. Je n’ai pas même pu mettre l’adresse sur un paquet d’artichauts rouges très légitimes que vous avez dû recevoir. J’arrivais de Rennes et je courais à Nantes : mais ce n’est [pas] le pis. L’avalanche irrégulière inattendue des consultants, hâtée, hâtant, aiguillonnant, est ce qu’il y a de plus suffocant, cela finit par ne plus être de la médecine. Vous trouverez ici les fraisiers exterminés par les larves du hanneton, un jardinier plus destructeur que les Turcsa, puis de bonnes surprises à travers les mécomptes, par exemple, des vignes de Crimée qui ont dépassé toute attente ; en sera-t-il de même des grappes qu’elles montrent en abondance ?

Je n’ai pas su dire au bon M. Bénat qui vous remettra cette lettre et qui vous aime comme je vous aime,...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search