Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 365. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1847, 8 mars. – Passy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 443.

Envoi d’un livre de Lagrange qui conteste la contagion et la présence du choléra en Europe.

Passy, 8 mars 1847.

M. Pigeon1 vous remettra le livre du docteur Lagrange, médecin riche et retiré, qui nie non seulement la contagion, mais même le choléra asiatique chez nous2 ; il ne manque ni d’esprit ni d’instruction, ni même de verdeur. M. Pigeon dit que vous vous occupez de la peste en grand ; c’est donc un adversaire que je mets sous votre main. Ce qu’il dit sur celle d’Athènes me semble très juste : Thucydide a fait de la poésie, je le crains3. Débrouillez tout cela ; battez cet anticontagionniste, mais respectez tout ce qu’il dit de la peur. Il exagère un peu ; mais, puisqu’on ne peut rien contre les épidémies, chassons du moins la peur qui tue aussi.

Il me semble aussi que, dans sa petite brochure, le docteur Lagrange n’a pas trop de tort contre Prus4.

Adieu, tout à vous. Judith vous embrasse.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search