Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 364. D’Alfred Velpeau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1847, 24 janvier. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 441-442.

Réflexion sur les grandes avancées de la chirurgie du dix-neuvième siècle.

24 janvier 1847.

Je ne veux pourtant pas laisser partir le mois de janvier, mon bon ami, sans vous montrer que je n’habite pas encore la planète Le Verrier1. Si je ne devais pas ignorer que vous êtes venu à Paris dernièrement sans me donner signe de vie, je vous en ferais un reproche ; mais vos rapports avec le jardinier du Luxembourg me font passer par là-dessus. Oui, mon cher Maître, l’éther est une merveilleuse chose : il est positif qu’à son aide on opère les malades sans qu’ils s’en aperçoivent. C’est à mettre à côté de la daguerréotypie et du fulmi-coton, pour montrer ce que peux produire le XIXe siècle. Tirer la pierre de la vessie sans faire de plaie, faire marcher les jambes cassées le lendemain de l’accident, couper les tendons par une piqûre, redresser les yeux louches, rendre sans danger les gens insen...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search