Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 358. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1846, 12 septembre. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B8-6.

Annulation d’un voyage à Tours de Trousseau à cause de sa clientèle. – Réflexions sur Lelieur et son dernier ouvrage. – Rencontre avec le tailleur d’arbres fruitiers du Jardin des plantes.

12 septembre 1846.

Mon cher Maître,

Je devais être mardi dernier à Tours, où je voulais passer 36 heures avec vous : mon plan de campagne était bien arrêté, il y avait une trouée dans les malades, quand dimanche je suis accroché par quatre fièvres putrides, dont deux ne se peuvent passer aux voisins. Que dureront-elles ? Je l’ignore, et je maugrée de tout mon cœur. Il faut, en fait de clientèle, en agir comme en liaisons d’amoura : quand le parti de rompre est une fois bien pris et que l’on est à bout de politesses (la politesse commence à être fatigante à 40 ans ; je sens qu’elle l’est bien davantage à 45), il faut casser la paille et se sauver avec le plus petit bout. Dieu, si j’avais été aussi coquin que fanfaron, je serais allé à Tours et je vous aurais vu pendan...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search