Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 354. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1845, 27 février. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B8-2.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 428.

Suite de l’affaire du cousin de Bretonneau. – Résultats de trachéotomies.

Paris, le 27 février 1845.

Mon cher maître,

Le général de Caux a fait les démarches nécessaires en faveur de votre cousin.

  1. Il n’a que 9 ans de service. Aucun droit.
  2. Ses blessures n’ont pas eu lieu pendant un service commandé. Aucun droit.
  3. Son traitement de réforme lui a été donné depuis 33 ans. Péremption absolue.

Ainsi, non seulement il n’a pas de droitsa ; mais encore il est dans la catégorie de ceux en faveur desquels les règlements les plus formels interdisent de rien faire. Par une faveur très spéciale, il pourra lui être donné chaque année, sur sa demande, un secours ; mais ce secours, ainsi que je vous l’ai dit, est une véritable aumône dont rougirait un valet.

Depuis que je ne vous ai écrit, un de mes petits trachéotomisés est guéri. 31e guérison, 143e opération, 132 pour le croup...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search