Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 347. De Prosper Mérimée à Pierre-Fidèle Bretonneau 1844, 3 octobre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 417-422.

Demande d’un avis médical à Bretonneau pour Royer-Collard. – Historique médical dicté par Royer-Collard.

Paris, 3 octobre 1844.

Monsieur,

Mon intime ami, M. Hippolyte Royer-Collard1, est atteint depuis plusieurs mois d’une maladie grave. En sa qualité de professeur à l’École de médecine, il est entouré de quantité de docteurs qui me semblent, à moi ignorant, différer un peu d’opinion sur la nature de sa maladie. Pour lui, c’est au sentiment de ses anciensa qu’il accorde toute confiance, et, en conséquence, il se soumet à un traitement fort pénible, dont, jusqu’à présent, il n’a guère éprouvé de bons effets. Quelques médecins de ses amis pensent que le repos suffirait pour le rétablir, et regardent comme inutiles ou même dangereux les remèdes qu’on a employés jusqu’ici. Dans cette incertitude qui m’afflige beaucoup, j’ai pensé naturellement à vous, Monsieur2. J’ai espéré que vous voudriez ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search