Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 345. De René Marjolin à Pierre-Fidèle Bretonneau 1844, 22 février. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 411-412.

Demande d’envoi de plantes. – Nouvelles de la famille de Marjolin.

Paris, 22 février 1844.

Monsieur et très cher confrère1,

Si seulement ma lettre avait eu l’honneur de servir d’enveloppe à quelques graines, à quelque pépin, l’époque de la plantation vous eût remis en mémoire que vous avez promis au père, dans la personne du fils, un pied, ou au moins des rameaux de groseillier prolifère qui réussit si bien chez vous, plus quelques pieds de vos belles et bonnes fraises, plus quelques boutures de Ragouminier2, plus quelques couchages de la glycine qui fera bientôt de votre jardin une forêt vierge, plus quelques pieds de plantes vivaces, tels que astrantia, certains verbascum, etc. ; enfin je vous ferais une liste encore plus longue que le mémoire du pharmacien de Molière et tout cela sans comprendre une ou deux espèces de raisins obtenues par M. Vibert3, et que vous m’avez beaucoup vantées...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search