Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 336. D’Alfred Velpeau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1843, 6 janvier. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 398.

Demande d’aide à Bretonneau pour obtenir une place à l’Institut.

6 janvier 1843.

Mon Excellentissimea,

Voici mon premier vœu pour 1843 : que Dieu ou la prudenceb vous protègent contre les flâneursc. Il m’est revenu, ces jours derniers, qu’ils avaient fait tout récemment un trou à votre bourse.

J’ai vu M. Dutrochet1, dont j’ai été très content ; lui auriez-vous écrit ? Si nond, dans l’état où il est, un petit mot de vous me l’octroiera ; et M. Duméril2 ?… Ah çà ! Ne riez pas de l’Institut comme vous riez de votre fortune. D’aucunse me disent que je dois en être, et puisque j’ai eu la simplicité de demander, de faire des visites d’intriguesf, il faut bien que vous italique. m’aidiez3. Du reste, ce métier-là est bien ce qu’il y a au monde de plus niais, de plus abrutissant, de plus bête !

Ma pauvre femme4 se porte mal depuis quelque temps ; elle me tourmente et m’inquiète pour l’avenir !

À toujours.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search