Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 335. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1842, 27 janvier. – S.L

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 392-393.

Démission de Bretonneau apprise par Béranger. – Santé et travaux de Béranger.

27 janvier 1842.

[…]1 Nous avons enfin des détails précis des tracasseries que vous avez éprouvées pour l’établissement de votre école. Elles ont été grandes, et la pauvre école y a perdu son plus beau fleuron ; à Tours, une école de médecine sans vous semblait chose impossible. On a triomphé de la difficulté, à ce qu’il paraît ; mais de loin cela ressemble assez à l’enseigne des cabaretiers : la Bonne Femme sans têtea. Puissiez-vous n’avoir pas quelques remords de pareille anomalie. Ce que j’ai appris avec plaisir, c’est que M. Frédéric avait la chaire qu’il souhaitait, dans laquelle ses études de prédilection doivent lui donner d’agréables succès. J’espère qu’il ne pense plus au Texas2.

Quant à moi, mon cher ami, je suis assez souvent souffreteux, et, chose qui m’affecte un peu, je m’aperçois d’un grand change...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search