Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 334. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1842, 18 janvier. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B7-24.

Réflexion sur la médication purgative.

Mon cher maître,

Verriez-vous donc tant d’inconvénient à une médication un peu purgative, de temps en temps seulement ? Cela, si le sulfate de quinine échoue bien positivement. C’est déjà beaucoup qu’il n’ait causé aucun dommage, et j’espère que, donné un peu plus souvent, il agira sinon comme fébrifuge, du moins comme moyen de résistance.

Et puis, un peu de térébenthine unie à la magnésie. L’estomac s’en accommode fort bien ; bien mieux surtout que des plus minces doses de copahu.

Adieu, mon cher maître, je vous embrasse bien affectueusement,

A. Trousseau

[Post-scriptum :]
Je voudrais bien rester auprès de ma pauvre mère1. Donnez-moi toujours souvent de ses nouvelles. J’attends impatiemment votre troisième lettre.

[Post-scriptum d’Angillier :]
Monsieur Bretonneau serait-il assez bon pour me faire prévenira aussitôt [de] son arrivée. J’aurais besoin de le voir immédiatement.

H. Angillier

[Au dos, adresse :]
Madame Trousse...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search