Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 329. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Alfred Velpeau [1841, 17 mai]1. – [Tours]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B3-10.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 394-397.

Raisons qui confortent Bretonneau dans son refus de la place de directeur. – Lourd fardeau de la vocation médicale. – Réflexions sur le traitement adéquat de la fissure, notamment par l’intermédiaire du ratanhia.

Mon ami,

Nona.

J’ai reçu votre première lettre le samedi et vous me demandiez réponse pour ce jour-là. Je partais pour une longue excursion et, cette fois, j’ai été tenté de vous adresser ma courte dénégation, puisque vous m’écriviez comme si je ne vous eusse pas transmis suffisante déduction des motifs de mon refus.

À ceux que j’aime, je ne sais pas dire si durement ma pensée.

À ce que vous savez déjà, ajoutez ce que je sais, moi. J’ai vieilli. Quod si me noles usquam discedere ; reddes forte latus2. J’ai fait pendant 25 ans le service de l’hôpital, et je me souviens de ce que, chaque jour, j’y ai mis de mon temps. Quand j’ai déposé ce fardeau, j...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search