Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 327. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1841, 10 mai. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B7-23.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 386.

Conséquences du refus de Bretonneau. – Soutien de Trousseau. – Inquiétude de Trousseau vis-à-vis de sa nièce.

10 mai 1841.

Mon cher maître,

Je ne vous parle pas de notre pauvre École secondaire. Que voulez-vous qu’elle soit sans vous ? Votre refus entraîne celui de Gendron1 ; vous serez, Dieu merci ! pas trop mal embêtés. Restons donc à Palluau, j’aurais fait probablement comme vous. Laissez tous ces groins dans leur bauge et surtout faites que vos bons amis ne viennent pas s’apitoyer sur le mal que vous vous faites. Toute votre vie, vous avez vécu pour les autres, vivez pour vous et pour ceux qui vous aiment, ce qui revient au même.

Je vous parle de ma nièce. Allez la voir, je vous en supplie, j’ai peur qu’elle ne médite des tubercules. Je vous en prie, voyez-la, et tâchez d’obtenir d’elle un peu de raison et de volonté.

Adieu, mon cher maître, je vous embras...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search