Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 326. D’Alfred Velpeau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1841, 7 mai. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 385.

Conseils de Velpeau.

7 mai 1841.

Mon bon ami,

Vous voilà bien ébouriffé pour une peccadille : jadis, quand je prenais au vif certaines choses, vous vous moquiez de moi, et vous aviez raison ; aujourd’hui, je ne me moque pas de vous, mais je vous blâme de vous tracasser pour si peu.

En seriez-vous à savoir ce dont les hommes sont capables, certains hommes surtout, quand leurs intérêts sont en jeu ? Ménagerie que l’on est convenu d’appeler sociétéa ! Est-ce autre chose qu’un amas de tigres ou de pourceaux, au beau milieu desquels il faut vivre et s’amuser ? Faire ce qui me plaît sans nuire au bien généralb, en évitant leurs griffes ou leurs museaux, voilà, cher Maître, quelle est ma philosophie à moi. Bref, songez-y bien : Sans vous, point d’école à Toursc.

Après tout, je connais votre caractère, et ne suis pas d’humeur à vous conseiller ce que je ne ferais pas moi-même. Si donc cette besogne ne ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search