Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 325. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Alfred Velpeau. [1841], 2 mai. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B3-9.

a. Luthier (Jean), L’œuvre de Bretonneau d’après sa correspondance, Tours : Faculté de médecine et de pharmacie, 1962, p. 66-67.

Décision de Bretonneau de refuser la direction de l’école secondaire de médecine de Tours. – Conflit avec Saturnin Thomas.

Assez, assez, mon ami, en huit jours voilà que j’ai plus supporté d’ennui que dans la totalité de ma vie.

Vous le voyez, cet homme s’est introduit chez moi, je l’ai simplement chassé, mais j’ai senti que mon vieux sang pouvait encore bouillonner and I feel that my self control could go away1.

Je ne doute point que les phrases soulignées, fussent-elles textuellement extraites d’une conversation du doyen, ne se trouvent déviées de leur vrai sens par la suppression de quelque antécédent.

Tout cela n’en est pas moins mortellement ennuyeux. Avant qu’elle ne m’échappe, je me ressaisis de ma chère liberté. Aucune loi ne peut me contraindre à prendre la direction de la nouvelle École. Autant j’en désire sincèrement...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search