Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 320. De Pierre-Jean de Béranger à Pierre-Fidèle Bretonneau 1841, 12 janvier. – S.L

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 377-380.

Recherche de logement pour Béranger et Judith Frère. – Santé de Béranger. – Anecdote prouvant la montée en puissance des théories contagionnistes. – Condamnation de Lammenais.

12 janvier 1841.

Mon bon Bretonneau1, croirez-vous que Judith2 et moi nous avons fait, par ce froid rigoureux, un fort long voyage, absence qui nous a privés de voir M. et Mme de Rustignères ? C’est aussi ce qui m’a empêché de répondre plus tôt à vos deux bonnes lettres. Aussitôt de retour, je viens m’excuser et vous apporter tous mes vœux et ceux de Judith pour l’année qui commence.

Pendant que nous courions les champs, auriez-vous par hasard fait comme nos amis du petit Bois, et seriez-vous venu à Paris avec Mme Marchand et sa fille3 ? Ce serait pour nous un bien mauvais commencement d’année ; mais j’espère que le froid ne vous a pas permis un pareil voyage. Vous eussiez été voir Perrotin4, et il ne m’en a rien di...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search