Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 90. D’Alexandre Brongniart à Pierre-Fidèle Bretonneau. 1816, 14 octobre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 279-282.

Commissions géognostiques.

Paris, 14 octobre 1816.

Ne prenez pas la peine de lire cette lettre ce soir ; réservez-la pour la route.

Puisque vous voulez bien, mon cher ami, me demander des commissions géognostiques pour votre tournée actuelle, je vais me permettre de vous en donner quelques-unes que vous remplirez si l’occasion se présente.1

Vous allez parcourir un pays riche en pétrifications. Sans avoir vu ce pays, j’ai une opinion sur la place qu’il doit occuper dans les terrains secondaires, opinion qui ne s’accorde pas tout à fait avec celle de M. d’Halloy2, mais qui est fondée entièrement sur les espèces de coquilles qu’il renferme. Je crois que c’est le calcaire grossiera ou calcaire à cénitesb des environs de Paris, répandu en couches peu puissantes, mais tout à fait désagrégées, et je me fonde sur ce que toutes les espèces de coquilles que j’en ai vues ressemblent aux espèces de Gr...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search