Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 86. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa cousine Mahiet [après 1815]. – [Tours]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. AD Indre-et-Loire : 10 F 11/1.

Suite du traitement de M. Mahiet. – Brève amélioration de son état de santé suivie d’une rechute.

Ma chère cousine,

J’avais eu hier des nouvelles si satisfaisantes de notre cher malade par M. Brochard que je suis désolé de ce retour de maux. J’ai entendu que Mahiet usait de la lueur de mieux qu’il avait obtenue, avec peu de ménagement, qu’il s’exposait à l’air sans précaution, qu’il était allé à Saint-Georges1. Il a tort de faire de ces prouesses.

Le sirop doit être continué dans le cas d’enflure des jambes. Mais si ce sont les douleurs qui prédominent, je ne vois que le moxa, appliqué le long de la colonne lombaire sur la partie latérale de l’épine, qui laissea espérer quelque soulagement2.

Pour le reste, j’en réfère à l’instruction remise au moment du départ de Tours. Je voudrais bien que cette récidive ne le jetât pas pour longtemps dans le triste état où je l’ai vu réduit.

Agréez, ma chère cousine, l’assurance du respectueux dévouement de votre respec...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search