Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 79. D’André Marie Constant Duméril à Pierre-Fidèle Bretonneau 1815, 5 mars. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 268.

État de santé de Duméril après un accident.

5 mars 1815.

C’est moi, mon cher ami, qui réponds à la lettre pleine d’intérêt que vous avez écrite à ma femme et qui nous a donné un nouveau témoignage de votre amitié, dont nous n’avions pas besoin de nouvelles preuves. Je me suis chargé de vous répondre pour vous prouver que je suis tout à fait bien. Vous avez su, je suppose, par Guersant l’accidenta que j’ai éprouvé ; car il ne vous a peut-être pas dit que le sang que j’ai rendu à diverses reprises était tout à fait pur, sans mélange ni de mucus, ni d’air. Je le sentais sortir, pour ainsi dire, et une petite toux en opérait le rejet. Les saignées, la diète, le repos, le silence, ont opéré ma guérison complète au quatrième jour. La saignée m’avait heureusement débarrassé de ma toux nerveuse, dont je n’ai pas eu un seul accès depuis. Mon pouls, qui était naturellement à quatre-vingt-quatre, est t...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search