Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 77. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Alphonsine Duméril [1815, février]1. – Chenonceaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. Université d’Uppsala (Waller Manuscript Collection) : Waller Ms fr-01300.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 262-265.

Briquets phosphoriques. – Tableau de son intérieur à Chenonceaux. – Évocation du poste de médecin chef et de M. Duperron.

Madame,

J’ai été puni, plus sévèrement que vous ne le désiriez sans doute, moins que je ne l’ai mérité ; en voyant sur deux lettres le timbre de Paris, j’ai rougi. J’ai craint pour la première fois de ma vie qu’elles ne fussent de mes amis. Ce ne pouvait être une réponse : ma lettre trop tardive n’était partie que de la veille. Je reprenais courage en reconnaissant le caractère de l’une des deux lettres ; j’ouvre la vôtre et, à coup sûr, je vous aurais fait pitié si vous eussiez vu sur moi l’impression de votre nom. Je m’attendais si peu aux aimables reproches que vous aviez la bonté de m’adresser, que les pensées les plus sinistres entrèrent à la fois dans mon âme : c’est de madame Duméril ! ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search