Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 75. D’Alphonsine Duméril à Pierre-Fidèle Bretonneau 1815, 5 février. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 260-262.

Échange de nouvelles. – Achèvement de la thèse d’Hippolyte Cloquet.

Paris, 5 février 1815.

Monsieur,

Nous sommes si étonnés et si peinés de ne point recevoir de vos nouvelles, qu’il faut absolument que nous venions vous en demander ; mon mari ayant toujours très peu de temps, c’est moi qui prends la plume, et je le fais avec un grand plaisir, quoique je prévoie bien que cette lettre pourra peut-être vous rendre un peu honteux, car vous avez fait une grandea faute à nos yeux en ne nous donnant point de nouvelles de votre voyage1, de votre santé, ainsi que de celle de Mme Bretonneau. Vous l’aurez retrouvée, j’espère, très bien portante, ainsi que les autres habitants de votre maison. Les cinq ou six premiers jours qui ont suivi votre départ étant écoulés, nous avons espéré recevoir au moins quelques lignes de vous, pour nous dire : « Je suis arrivé en bonne santé, j’ai fait un très heureux ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search