Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 70. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1815, 3 janvier. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 245-247.

Bretonneau toujours à Paris. – Éloges d’Antoine Dubois sur le bandage compressif. – Recherches de François Huber sur les abeilles.

Mardi, 3 janvier 1815.

Je suis revenu hier soir de Meudon1 ; j’avais eu l’imprévoyance de ne pas prendre ma redingote et j’ai bien souffert. Mme Duméril m’a déjà bien grondé, et tu peux te dispenser de me reprocher mes imprudences et mes distractions. À mon arrivée, un bon feu, une bonne lettre m’ont bien vite refait ; un moment plus tard, une joyeuse lettre de mon bon et excellent ami Moreau2 a mis le comble à mon aise. Je suis allé tout radieux chez Duméril, que j’ai trouvé tout rayonnant : il avait vu Dubois3 dans la journée et il avait été question de ma thèse. M. Dubois a appliqué la compression avec de tels succès au traitement de la brûlure, qu’il se faisait des reproches de sa paresse à en rendre compte. « Vous pouvez dire à votre ami que la petite-fi...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search