Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 69. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1814, décembre – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B1-14.

Santé de Bretonneau. – Soins prodigués par la famille Duméril.

Je me consolais en pensant qu’au moins, je n’affligeais pas ma bien aimée femme du spectacle de mes souffrances et dans d’autres instants, je me lamentais de ne pas l’avoir. Si je venais à perdre connaissance, c’était toujours au Beugnon que je mea trouvais et au réveil, mon isolement me paraissait bien un peu triste.

Tu vois que vers la fin, jour et nuit, j’ai été bien gâté. Cette bonne Mme Duméril ne se pardonnait pas de ne m’avoir pas acheté des bas de bourre de soie. Elle a bien voulu se charger depuis de m’en choisir, et des bas noirs de soie de très bonne qualité. Mais les pieds sont trop grands. Elle se donne pour tout cela des soins dont je suis vraiment confus. Notre cher professeur1 s’en mêle aussi, quelles activités d’âme et d’esprit.

Je ne m’étonne point qu’il soit adoré de ses amis et de ses domestiques. Adieu, chère amie, il faut bien se plonger dans cette copie. C’est inutil...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search