Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 66. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1814, 27 décembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 238-240.

Thèse de doctorat. – Vie quotidienne de Bretonneau à Paris. – Considérations sur son éventuelle nomination à Tours.

Mardi, 27 décembre 1814.

J’ai livré ce matin ma thèse à l’imprimerie, elle doit être imprimée le 7 janvier, et j’aurais quelque espoir de me trouver un peu plus tôt libre que je ne croyais, si Duméril ne m’assurait qu’il me faudra peut-être attendre encore huit à dix jours pour voir le dernier acte de la mascarade. Je n’ai mangé depuis plusieurs jours qu’hier à dîner chez lui, parce que je voulus aller chez notre cher Guersant ; aujourd’hui, il semblait que j’eusse fait une grande absence : on se lamentait d’avoir mangé sans moi la plus grande part d’une carpe de neuf livres (de la Moselle) et dont, au fait, les restes étaient bien bons. Je t’entretiens là de circonstances bien minutieuses ; mais me voilà rentré seul au coin de mon feu, il faut bien conter à ma reine Blanch...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search