Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 65. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1814, 17 décembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 236-237.

Examens et thèse de Bretonneau.

Le 17 décembre 1814.

J’ai dîné hier chez M. Chaptal, j’espère que les dames ne se seront pas trop aperçues que je dormais debout. Avant-hier, nous avons dîné chez Guersant, avec Duméril et Savigny. Guersant avait toute sa famille. Picard est toujours comme dans ses pièces, bon et gai1. Duméril est enfin au comble de ses vœux, il vient de voir le jugement porté sur son ami : « Entend et écrit très bien le latina » (je ne m’en étais guère douté ; à la bonne heure, il m’en est advenu comme au bourgeois gentilhomme2), « il a parfaitement traité ses questionsb ». M. Hallé3, qu’il a rencontré, lui a parlé d’une manière si flatteuse de ton pauvre mari, qu’il serait ridicule à moi de te répéter tous ces éloges usurpés.

Reste la thèse. Duméril n’en est plus tout à fait si content, il l’épluche mot à mot. En vérité, pour lui je veux bien m’évertuer à la limer un peu,...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search