Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 64. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1814, 15 décembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 233-235.

Cinquième examen du doctorat. – Santé de Bretonneau.

Le 15 décembre 1814.

Enfin, chère amie, cette journée du 14 s’est passée tout à fait à souhait : plus de mal de gorge, des questions telles que j’aurais pu les choisir.

La première sur l’anévrisme. J’ai répondu en latin, et mes études de cet hiver m’ont été d’un merveilleux secours ; au lieu de la traduire comme un de mes compagnons de captivité – car on est sous la clef et au secret –, j’ai, de prime abord, écrit ma réponse en latin, calquant mes expressions et mes tournures sur mes réminiscences.

Cette réponse, qui au moment du jugement est venue la dernière, a réussi, et pour le fond et pour la forme, bien au-delà de mes espérances. Quant aux deux questions médicales qui m’ont été dévolues par le sort, l’une sur les fièvres intermittentes, l’autre sur les rhumatismes, je les ai traitées en français. Il s’agissait surtout de fièvres in...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search