Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 63. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1814, 9 décembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 232-233.

Préparation du cinquième examen et de la thèse.

Le 9 décembre 1814.

J’ai vu toute l’aimable famille de Cloquet, et j’en ai été reçu comme tu peux l’imaginer ; je n’ai pas besoin de te dire combien on m’a parlé de toi. Nous avons déjeuné dimanche chez Hippolyte. Duméril ne s’est pas trouvé trop bien de ce déjeuner-là. Il est cependant bien, très bien ; il a été dix fois plus content que moi de l’« éminemment satisfaita ». J’aurais aussi bien fait de m’établir tout de suite chez lui ; j’y passe la plus grande partie de mon temps. Le 14, je subirai le cinquième examen, et il ne restera plus que la thèse ; je suis encore un peu poursuivi de ma manie de lecture ; mais, ma foi, celui-là passé, je compte bien un peu m’amuser et badauder, si toutefois j’ai de bonnes nouvelles de ma reine Blanche.

J’ai pour ma thèse un rapport très favorable et je puis la faire imprimer ; heureusement que, malgré ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search