Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 62. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1814, 6-7 décembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 230-231.

Premier examen de Bretonneau. – Nomination de Duperron et Bretonneau au poste de médecin chef de l’Hospice général de Tours.

Le 6 décembre 1814, soir.

Hier, le premier acte de la comédie ; cela s’est passé à merveille, avec des compliments embarrassants. Mais j’ai été un grand nigaud, avec mes études de jurisprudence médicale. Pas un seul mot, et on m’a surtout fait des questions sur les thermomètres. Duméril m’a juré qu’il n’en avait pas dit un mot, et que c’était par pur hasard qu’on m’avait pressé sur ce sujet ; mais, en vérité, j’étais dans mon fort.

J’ai vu ce matin M. Chaptal et j’en ai reçu l’accueil le plus aimable ; j’ai appris que M. Duperron1 était nommé médecin en chef à l’hôpital de Tours.

Je suis allé ensuite chez M. de Kergariou, et j’ai appris que très positivement je venais d’être nommé par le ministre.

Ne te tourmente point de cette nomination, rien de si aisé que de donne...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search