Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 61. De Pierre-Fidèle Bretonneau à sa femme, Marie-Thérèse 1814, 30 novembre-3 décembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 228-229.

Préparation du doctorat de Bretonneau. – Séjour chez Duméril.

Mercredi, 30 novembre, deux heures et demie.

[…] J’ai obtenu pour président M. Richerand1, comme je le souhaitais, et je suis revenu chargé de livres. Je subirai lundi mon premier examen ; mais si je continue, je n’aurai pas lu dix lignes jusque-là. Tout mon temps s’évanouit je ne sais comment, et cependant je ne me couche qu’à minuit et me lève à cinq heures.

Je suis très près de Duméril, qui se moque de mes études, et, malgré toutes mes belles résolutions, je n’ai pas encore pu le quitter avant onze heures. Ces dames, qui sont Genevoises2, commencent à prendre le thé à dix heures ; elles sont on ne peut plus aimables, et jusqu’ici je suis en pension. Nous dînons aujourd’hui chez Guersant, avec Savigny. Mais en vérité, aujourd’hui fait, je vis dans la plus absolue retraite. Je voudrais bien voir ce soir M. Auguste3, j’en déses...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search