Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 58. D’André Marie Constant Duméril à Pierre-Fidèle Bretonneau 1814, 10 novembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 223-224.

Exemption de Bretonneau pour certains examens. – Santé de Duméril.

Paris, le 10 novembre 1814.

Mon cher ami, j’ai le plaisir de vous annoncer que l’affaire de votre réception a été arrangée hier au conseil, où j’ai assisté. Il a été arrêté que vous seriez exempté des trois premiers examens, de sorte que vous n’aurez à soutenir que le quatrième examen sur la Médecine légale, l’Hygiène, la Physique ; le cinquième sur la Médecine et la Chirurgie cliniques, en latin, et la thèse. Descots fils1, qui était venu déjeuner la veille chez moi, avait parfaitement préparé les voies. Vous pourrez venir maintenant quand vous voudrez, vous serez bientôt libéré. J’espère que vous ne vous tourmenterez pas de ces deux examens, car je ne compte pas la thèse. Soyez tranquille, vous aurez les examinateurs que vous désirerez.

Je suis de retour ici depuis le 2 dans la nuit. J’ai continué d’être malade pendant t...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search