Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 54. De Louis-Benoît Guersant à Pierre-Fidèle Bretonneau 1814, 21 mars. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 219-221.

Décès de la mère de Bretonneau. – Discussion du projet de M. de Kergariou, préfet d’Indre-et-Loire, d’établir Bretonneau dans l’Hospice général de Tours. – Thèse et examens pour la réception de Bretonneau.

Paris, ce 21 mars 1814.

Malgré mon silence, mon cher ami, ne m’accusez pas d’indifférence ; j’ai reçu votre lettre le lendemain du départ de celle que j’avais remise à M. Droméry, et vous avez dû voir que je vous demandais des nouvelles de votre pauvre mère, ne sachant pas encore qu’elle avait succombé à sa maladie. Cette perte, toute grande qu’elle est pour un bon fils comme vous, doit être adoucie par la consolation d’avoir vu cesser les souffrances de votre chère malade.

Je vous plains bien sincèrement, mon cher ami ; mais la perte que vous avez éprouvée est dans l’ordre naturel et de celles que nous éprouvons tous ; c’est d’ailleurs un mal sans remède.

Je reconnais bien la bonté de v...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search