Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 49. D’André Marie Constant Duméril à Pierre-Fidèle Bretonneau 1811, 20 septembre. – Orléans

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 210.

Décès de la fille de Duméril, Caroline. – Prochaine arrivée de Duméril à Tours, à l’occasion de sa tournée des jurys de médecine.

Orléans, 20 septembre 1811.

Mon cher ami, vous aurez appris, par Guersant, le grand chagrin que nous avons éprouvé par la perte de ma petite fille, dont le développement était si heureux1. Ce cruel événement ne m’a pas permis de vous écrire plus tôt l’arrangement que j’ai pris d’aller passer une partie de la journée chez vous, lorsque je serai à Tours pour y présider le jury de médecine. Mon beau-frère, M. François Delaroche, m’accompagne.

Nous serons le 25 à Châteauroux et le 30 à Tours. Mandez-nous à Châteauroux où nous devons quitter le chemin de poste pour nous faire conduire chez vous si cela se peut, ou comment nous nous y ferons conduire de Tours. Vous pourrez m’adresser votre lettre poste restante, ou chez M. le préfet2, à Châteauroux.

Guersant m’a appris qu...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search