Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 48. De Louis-Benoît Guersant à Pierre-Fidèle Bretonneau 1811, 2 septembre. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 1, p. 207-209.

Santé de Bretonneau et suggestions de remèdes.

Paris, 2 septembre 1811.

C’est moi, mon cher ami, qui suis bien coupable, me portant bien, d’avoir attendu si patiemment de vos nouvelles, vous sachant toujours malade, d’après ce que vous aviez écrit il y a deux mois à M. Cloquet. Je me suis reproché bien des fois ma négligence ; mais chaque jour je trouvais un nouveau prétexte pour remettre au lendemain, et je vous avouerai même, à ma honte, que si le domestique de M. de Villeneuve n’était pas venu ce soir m’apporter vos quarante-huit francs, en me disant qu’il partait demain pour Chenonceaux, je ne sais en vérité si ma réponse n’aurait pas été encore remise de quelques semaines ; cependant, mon cher ami, j’ai bien souvent pensé à vous, et nous en avons plusieurs fois parlé avec Duméril, Savigny, Cloquet et ma femme. Je suis bien fâché que vous ayez autant souffert de votre sciatique ; mai...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search