Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 1

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

Chapitre 7. La correspondance (1795-1819)

No 32. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Jean-Baptiste Cloquet [1805, octobre]. – Chenonceaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BM de Tours : Ms 1444, Lettre 5.

Envoi d’un lièvre à Cloquet. – Santé de la famille Bretonneau.

Une occasion très presséea se présente pour porter à Amboise un lièvre tué d’avant-hier. J’en profite pour vous l’envoyer. Le temps est frais et j’espère qu’il arrivera à bien. Si je ne craignais de le faire gâter, je le farcirais de pommes d’amour mais le tout arriverait probablement en marmelade et je renonce à l’envie que j’ai de vous faire goûter de celles de Chenonceaux. Les obstacles qui s’opposent à ce que nous puissions vous avoir me désolent, moins encore parce que nous ne vous voyons pas, que pour mille et un autres motifs.

J’ai failli être étranglé il y a huit jours par le mal de gorge qui m’avait menacé chez vous. C’est un mal passé qu’il faut se hâter d’oublier. Mon père se porte beaucoup mieux, il n’y a que ma sœur qui ait bien de la peine à se rétablir. J’ai, par rapport à mon autre sœur, tous les chagrins imaginables. Ilb s’en faut bien que tout dans cette vie soit couleur...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search